❯   Renforcer les capacités de gouvernance et de résilience au changement climatique des communautés côtières et riveraines de l’estuaire et du Golfe du St-Laurent   ❮

Accueil | Nouvelles | Plan du site |Contact

Partenaires

Partenaires actuels

Gilbert Bélanger Centre d'initiation à la recherche et d'aide au développement durable

Gilbert Bélanger est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université Laval et il a enseigné la biologie au niveau collégial de 1988 à 2012 au campus de Carleton-sur-Mer du Cégep de la Gaspésie et des Îles. Depuis 2010, il est le directeur de la recherche au Centre d'initiation à la recherche et d'aide au développement durable (CIRADD) qu'il a fondé en 2006, avec Sylvain Roy, enseignant en sociologie au même campus. En 2010, le CIRADD est devenu un des 46 centres collégiaux de transfert de technologie du Québec et un des six qui touchent les pratiques sociales novatrices. L'équipe du CIRADD travaille sur différents dossiers concernant le développement des milieux ruraux en portant une attention particulière à l'intégration des principes du développement durable dans ceux-ci. M. Bélanger contribue, depuis plusieurs années, à l'implication des étudiants du niveau collégial dans des projets de recherche qui répondent à des besoins exprimés par des organismes, des entreprises, des institutions ou des individus du milieu gaspésien à l'intérieur de certains de leurs cours. Les projets dans lesquels il a été impliqué directement ou indirectement sont très diversifiés. Certains, entre autres, ont porté sur l'érosion côtière et sur la résilience des personnes vivant en bord de mer en lien avec les problématiques d'érosion.

Geneviève Brisson Université du Québec à Rimouski

Geneviève Brisson est juriste et docteure en anthropologie de l'environnement. Elle mène des recherches à l'unité de santé environnementale de l'Institut national de santé publique du Québec. Les dimensions sociales associées à la gestion du risque environnemental retiennent particulièrement son attention, comme par exemple la participation civile, les rapports entre expertises et savoirs citoyens, et la cohabitation en milieu rural.

Christopher Bryant Université de Montréal

Christopher détient un doctorat de la London School of Economics and Political Science. Il est actuellement professeur titulaire et directeur du Laboratoire de Développement durable et dynamique territoriale du Département de Géographie, Université de Montréal et Directeur de la Revue canadienne des sciences régionales. Il est un leader reconnu mondialement dans la recherche sur les territoires ruraux et les petites villes ainsi que sur les transformations des territoires périurbains et leur planification et gestion. Il est un des leaders canadiens aussi bien dans le domaine de la planification et de la gestion stratégiques et de la concertation des acteurs pour le développement local que dans le domaine de l'adaptation de l'activité humaine aux changements climatiques. Toutes ses recherches depuis quelques années se positionnent dans le domaine du développement durable. Sa recherche met au centre de ces différentes problématiques d'analyse des transformations le rôle de l'individu, y compris ceux et celles qui œuvrent dans le cadre des institutions et organisations. Depuis le début des années 1990, ses recherches se sont penchées de plus en plus sur la recherche-action dans les domaines du développement des ressources rurales et l'adaptation de l'agriculture aux changements climatiques et le développement local. Cette recherche-action porte aussi sur la récupération des milieux agricoles dégradées et leur appropriation par les acteurs locaux et régionaux dans les milieux périurbains. Ceci en utilisant comme levier l'appropriation de la multifonctionnalité des territoires agricoles périurbains par toute la gamme des acteurs locaux et régionaux, ainsi que les populations de ces régions urbanisées.

Catherine Choquette Université de Sherbrooke

Catherine Choquette est professeure à la Faculté de droit de l'Université de Sherbrooke depuis 2002. Biologiste et juriste de formation, Catherine Choquette s'intéresse aux domaines de l'environnement, de la gouvernance, de la responsabilisation du citoyen, au rôle de l'état moderne et à l'interaction entre la science et le droit. Elle a complété une thèse de doctorat en droit (J.S.D.) à l'Université de Chicago sous la direction du professeur Cass Sunstein. Ses recherches portent actuellement sur la gouvernance environnementale. Elle est directrice du groupe de recherche sur les Stratégies et les Acteurs de la Gouvernance Environnementale (SAGE) et est membre de l'Observatoire de l'environnement et du développement durable de l'Université de Sherbrooke. Elle a occupé, en 2007-2008, la présidence de l'Association des professeurs de droit du Québec et siège, depuis 2003, sur le conseil d'administration de SOQUIJ.

Michel Chouinard Conseil de l'eau Gaspésie Sud

Originaire de Maria en Gaspésie, Michel Chouinard a grandi à proximité de la Baie des Chaleurs où il a fait ses premières classes en écologie marine. Mais, comme beaucoup de gens en région, il a dû à un moment donné s'exiler pour aller travailler dans des terres lointaines. Il est revenu dans la région de la Gaspésie vers la fin des années 80 après l'obtention d'un Bacc. es Sciences avec une spécialisation en Environnement et en Sciences de l'eau de l'Université du Québec à Montréal. Il a été à cette époque principalement actif dans les dossiers de la protection de l'environnement et de la forêt.

De 1992 à 2008 il a été directeur du Comité ZIP Baie des Chaleurs et, à ce chapitre, a participé activement à développer l'implication de la population envers la protection, la restauration et la mise en valeur de la baie des Chaleurs ainsi que du Saint-Laurent à titre de membre du conseil d'administration de Stratégies Saint-Laurent. M. Chouinard a développé au fil des années une solide expérience en gestion des zones côtières, en protection des habitats et sur les processus d'érosion en milieu côtier.

Depuis 2008, il a assuré la coordination du Conseil de bassin versant de la rivière Bonaventure et est aujourd'hui directeur du Conseil de l'Eau Gaspésie sud, une Table de concertation multisectorielle qui regroupe 33 bassins versants comprenant au delà d'une dizaine de rivières à saumon majeures de la région gaspésienne.

Il a été conférencier invité à plusieurs colloques et forums portant sur les zones côtières, l'implication communautaire, la santé et l'environnement ainsi que sur la protection des habitats.

Omer Chouinard Université de Moncton

Omer est docteur en sociologie, spécialisé en sociologie de l'environnement. Il enseigne à l'Université de Moncton. Depuis plusieurs années, il travaille avec plusieurs chercheurs de l'équipe, avec la Coalition pour la Viabilité du Sud du Golfe du Saint-Laurent (CVSGSL), les syndicats de pêcheurs, les organismes de bassins versants du Nouveau-Brunswick, ainsi qu'avec plusieurs communautés côtières et insulaires. Il a fait partie du réseau de recherche en aquaculture du Canada -AQUANET et est appelé souvent à titre d'expert sur les questions de gestion intégrée, d'adaptation et d'économie sociale.

Geneviève Cloutier Université Laval

Geneviève Cloutier est professeure adjointe à l'École supérieure d'aménagement du territoire et de développement régional de l'Université Laval. Son doctorat en études urbaines de l'Institut national de la recherche scientifique Centre Urbanisation Culture Société (2009) traitait des interactions entre acteurs variés et de l'évolution des représentations du quartier dans un processus de planification urbaine intégrée à Montréal (la RUI de Sainte-Marie). Elle détient également un baccalauréat en science politique de l'Université Laval (2000) et une maîtrise en urbanisme de l'Université de Montréal (2002). Elle s'intéresse à la participation publique, à l'action collective, aux acteurs qui font et vivent la ville et aux processus par lesquelles les pratiques de planification et d'aménagement se transforment. Ses travaux portent, depuis 2010, sur les enjeux de la planification de l'adaptation locale aux changements climatiques, sur les expérimentations de gouvernance et les approches participatives utilisant des scénarios.

Charlotte Da Cunha Université de Versailles Saint-Quentin en-Yvelines

Charlotte Da Cunha a obtenu un doctorat en science économique au sein du REEDS en juillet 2010 (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - UVSQ). Elle a précédemment obtenu un master en économie de l’environnement (UVSQ), un Bachelor's Degree with Honours en sciences environnementales (Kingston University) et un DUT Génie Biologique (Diplôme universitaire technologique – Université de Caen). Ses travaux de doctorat lui ont permis de développer et d’expérimenter une démarche d’évaluation multicritère et participative sur deux sites agricoles d’Île-de-France. Elle a ensuite réalisé une évaluation des effets de ces démarches participatives de manière ex-post qui ont démontré la nécessité de mener une analyse à l’aide d’indicateurs tout au long du processus (ex-ante, pendant et ex-post). C’est avec cette perspective de recherche que Charlotte Da Cunha a débuté son post-doctorat à l’UQAR, en juin 2011, avec pour objectif de développer une grille d’analyse sous forme d’indicateurs visant une évaluation dans le temps de démarches participatives initiées dans le cadre de l’ARUC-DCC (Alliance de recherche universités-communautés sur les défis des communautés côtières de l’estuaire et du Golf Saint-Laurent à l’heure des changements climatiques). Elle est également représentante des étudiants de la Société Européenne d’Économie Écologique (ESEE) et est ainsi membre de son Comité exécutif.

Karine Dauphin Organisation de Concertation Pour l'Eau des bassins versants de la Rivière NIColet

Karine Dauphin détient une maîtrise des Sciences et Techniques en Ingénierie des Milieux Aquatiques et des Corridors Fluviaux de l'Université François Rabelais de Tours en France, ainsi qu'une maîtrise en Sciences de l'Environnement de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Avant de devenir directrice générale de COPERNIC en 2008, elle a été impliquée au COGESAF à titre d'agente de sensibilisation pour le plan d'action contre les cyanobactéries, puis comme chargée de projet régional - cyanobactéries pour le COGESAF, COPERNIC, GROBEC et le CRECQ.

Yann Fournis Université du Québec à Rimouski

Yann Fournis est docteur en science politique. Après des études à l'Institut d'études Politiques de Toulouse et une maîtrise en science politique à l'Université de Toulouse I, il a mené son DEA puis son doctorat en science politique à l'Université de Rennes I et à l'Institut d'Études Politiques de Rennes. Après avoir rempli plusieurs charges d'enseignement (à l'IEP de Rennes, les Universités de Rennes I et II, l'Université de Moncton), il occupe une fonction de professeur en développement social et régional à l'Université du Québec à Rimouski depuis 2008. Ses travaux s'orientent actuellement vers trois grands centres d'intérêt : 1) La recomposition des élites, institutions et politiques locales (recomposition de l'État, des rapports entre échelles d'action publique, projets régionaux et urbains); 2) L'affirmation des nationalismes régionaux (sociologie des acteurs politiques et des institutions, redéfinition des cultures territoriales) ; 3) La territorialisation du capitalisme (inscription sociale des modes de production, sociologie des groupes d'intérêt, politiques de développement économiques). Outre des projets en cours, Yann Fournis a participé à plusieurs enquêtes sur les pays maritimes et la gestion concertée de la zone côtière en Bretagne, sur la décentralisation et la dévolution en Bretagne et au Pays de Galles et sur les Chambres de Commerce et d'Industrie en France.

Julie Guillemot Université de Moncton

Julie Guillemot

Julie Guillemot est professeure à l’Université de Moncton Campus de Shippagan (UMCS). Elle fait partie de l’équipe du baccalauréat en gestion intégrée de la zone côtière, formation de premier cycle dispensée sur ce campus. Après une maîtrise en gestion des ressources maritimes faite à l’UQAR, qui l’a amenée à travailler sur les coopératives de pêcheurs aux Mexique, Julie vient de terminer un doctorat en développement régional (UQAR) portant sur la gouvernance et les milieux insulaire aux Québec. Elle s’intéresse aux démarches participatives, aux apprentissages générés par ces démarches et à leurs potentiels au plan de la gestion des conflits en zone côtière.

Nicole Klenk Université de Toronto

Doctorat en Foresterie (Université de Colombie Britannique), Maîtrise en Sciences Forestières (McGill), Baccalauréat en Botanique (McGill). Position : Professeure adjointe dans les Départements des sciences physiques et de l'environnement, ainsi que de science politique à l’Université de Toronto. Ses recherches sont principalement orientées vers le rôle de la science (environnementale) en société. Elle s'intéresse plus particulièrement aux relations qui caractérisent l'interface science-politique, les politiques de création et d'utilisation du savoir, ainsi que les ententes de gouvernance environnementale. Son travail de recherche se situe surtout en sciences sociales interprétatives. Les cadres théoriques qu’elle utilise s’inspirent entre autres des travaux de John Dewey, Bruno Latour, Vivien Schmidt, Chantal Mouffe, Iris Marion Young and Tim Ingold.

Geneviève Lemoyne Comité ZIP Baie des Chaleurs

Geneviève Lemoyne est la directrice du Comité ZIP Baie des Chaleurs. Titulaire d’un baccalauréat en biologie ainsi que d’un baccalauréat en enseignement des sciences au secondaire, elle a quitté l’enseignement depuis quelques années pour se consacrer à présent à la sensibilisation et la concertation en environnement. Avant son arrivée au Comité ZIP de la Baie des Chaleurs, elle a été chargée de projets dans plusieurs organismes : Organisme de bassin versant Matapédia-Restigouche, Comité ZIP Baie des Chaleurs, Conseil régional en Environnement de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, ainsi que bénévole au sein de plusieurs organisations. Geneviève et le Comité ZIP Baie des Chaleurs ont rejoint l'ARUC en 2012.

Yves Martinet Comité ZIP des Îles-de-la-Madeleine

Yves Martinet est à l'emploi du Comité ZIP des @Îles-de-la-Madeleine depuis l'an 2000, suite à diverses formations en écologie marine et en informatique. D'abord technicien en géomatique, sa polyvalence lui permit ensuite d'occuper différentes tâches de chargé de projets, de coordonnateur d'initiatives de gestion intégrée, de directeur adjoint, puis de directeur depuis 2006.

Fervent adepte du développement durable, il tente de mettre en pratique ce concept quotidiennement par l'entremise de son travail de concertation avec l'ensemble des intervenants de la zone côtière madelinienne. Il est particulièrement fier de sa participation à la mise en place de cinq initiatives de gestion intégrée, qui sont d'ailleurs toujours coordonnées par le Comité ZIP. Ce mécanisme de prise en main du milieu par le milieu a généré une relation de confiance privilégiée et engendrée une multitude de retombées positives au profit de l'ensemble de la collectivité.

Impliqué au sein de différents comités locaux, régionaux et nationaux, il occupe le poste de Vice-président de la zone marine au sein du conseil d'administration de Stratégie Saint-Laurent et agit en tant qu'administrateur auprès du Conseil Régional de l'Environnement de la Gaspésie et des Îles.

Élise Mayrand Université de Moncton

PhD Océanographie (UQAR), MSc Biologie (Université de Montréal), BSc Biologie (Université de Montréal). Poste actuel : professeure titulaire, secteur des sciences, Université de Moncton, campus de Shippagan. Cours enseignés en biologie (Biologie générale, Botanique, Zoologie des invertébrés) et en gestion intégrée des zones côtières (Écosystèmes côtiers, Écophysiologie des animaux marins, participation au cours Introduction à la gestion intégrée des zones côtières). Ses intérêts de recherche portent sur l'écophysiologie des invertébrés marins, particulièrement des huîtres et des moules, dans le contexte de l'aquaculture. Un deuxième axe porte sur la co-construction d'outils d'évaluation de la qualité environnementale visant à favoriser la résilience des communautés côtières.

Steve Plante Université du Québec à Rimouski

Docteur en géographie, spécialisé en dynamique des acteurs en milieu insulaire. Depuis son entrée à l'UQAR il approfondi les questions de gouvernance participative, d'engagement des communautés et d'adaptation des communautés côtières. Il a participé à un vaste projet piloté par Bill Reimer (NÉR2). Il a été financé par le Fonds d'action sur les Changements Climatiques (FACC) ainsi que le FQRSC. Il est membre actif du Groupe de recherche interdisciplinaire de l'est du Québec (GRIDEQ) et du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT). Depuis 2002, il travaille avec plusieurs chercheurs de l'équipe, avec Stratégies Saint-Laurent, les comités de zone d'intervention prioritaire (ZIP), le ROBVQ, la CVSGSL, ainsi qu'avec plusieurs communautés côtières et insulaires. Il bénéficie d'une expérience internationale sur des questions de gouvernance des ressources naturelles et de résolution de conflits d'usages, notamment au Brésil.

Jean-Eric Turcotte Stratégies Saint-Laurent

Jean-Éric a été nommé à titre de directeur général de Stratégies Saint-Laurent en juillet 2011. Il occupait auparavant les fonctions de directeur adjoint et ce depuis janvier 2010 après avoir été chargé de projets et coordonnateur du Forum Des collectivités actives tournées vers le Saint-Laurent. Jean-Éric se définit davantage comme un homme-orchestre que comme un spécialiste du domaine environnemental. Œuvrant depuis une douzaine d’années dans le domaine, comme formateur, conférencier, chargé de projet ou encore à titre de directeur d’organisme ou coordonnateur de programmes et parfois également à titre de bénévole ou d’administrateur bénévole, il consacre une large part de son temps à soutenir les causes associées à la conservation et au développement durable du Patrimoine naturel québécois. On peut donc dire que c’est dans sa nature ! Ancien guide-interprète de tourisme nature, ex-enseignant au niveau collégial, amateur de plein air et père de trois enfants, Jean-Éric croit sincèrement aux vertus de la sensibilisation et de l’éducation à l’environnement comme principal vecteur de changement et d’amélioration de la qualité de vie en société. Jean-Éric est formé en communication, en géographie physique et en environnement.

Liette Vasseur Brock University

Docteure en biologie, elle est vice-rectrice à la recherche à Brock University en Ontario. Avant d'occuper des postes administratifs, Mme Vasseur était titulaire de la Chaire KC Irving en développement durable à l'Université de Moncton. Au chapitre de la recherche, elle adopte une approche interdisciplinaire. Elle poursuit des travaux en écologie et une grande partie de ses projets tiennent compte des aspects humains et sociaux (p. ex. développement durable, gestion des écosystèmes basée sur les communautés, non seulement au Canada mais dans plusieurs autres pays comme la Chine, le Burkina Faso, le Mexique, etc.). Elle a plus de 70 publications arbitrées et elle est impliquée au niveau des services à la communauté comme éditrice associée à Botanique, éditrice invitée à la revue Recherches Féministes, et sur divers comités ou conseils comme le comité aviseur scientifique du Ministère de Pêches et Océans.

Antoine Verville Regroupement des organisations de bassin versant du Québec

Antoine Verville possède une formation universitaire en études internationales et langues modernes spécialisée en environnement, de même qu'une maîtrise professionnelle en aménagement du territoire et développement régional. Avant de se joindre à l'équipe du ROBVQ, il a occupé des fonctions de coordination au sein d'un organisme de loisirs, en plus d'avoir brièvement travaillé à la planification régionale au sein d'un centre local de développement. C'est en 2008 qu'il s'est joint à l'équipe du ROBVQ, d'abord à titre chargé de projets et des communications, puis de responsable des programmes et finalement de directeur général adjoint. Ses principales fonctions comprennent la coordination de l'équipe et de l'ensemble des programmes et services du ROBVQ. Il s'attarde aussi à développer de nouveaux programmes et projets, en plus d'assurer les relations avec les partenaires du ROBVQ. Enfin, Antoine Verville collabore aussi aux activités du Réseau des organisations de bassin d'Amérique du Nord (ROBAN) à titre d'adjoint à la direction.

Partenaires fondateurs

Pierre André Université de Montréal

Pierre André (Ph.D. Biologie) est professeur en environnement humain au Département de géographie de l'Université de Montréal et directeur du Centre de développement de la recherche internationale en environnement (CEDRIE) et du DESS en environnement et développement durable de cette même université. Expert en gestion des ressources naturelles et évaluation environnementale, il s'intéresse aux questions de citoyenneté, de pouvoir et de territoire. Ses recherches touchent la dynamique des acteurs, les perceptions et les représentations de l'environnement, l'adaptation sociale aux changements environnementaux, les études d'impact sur l'environnement ainsi que les enjeux de la participation publique.

Randy Angus Mi'kmaq Confederacy of Prince Edward Island

Randy a plus de 30 ans d'expérience avec les industries de la pêche et de l'aquaculture dans les Maritimes. Il possède une expérience de travail considérable avec les secteurs publics et privés dans le domaine de la gestion des ressources. Il a travaillé dans l'administration de la recherche et à l'installation d'écloserie. Il a plus de 6 ans d'expérience de travail en développement communautaire et en gestion des projets de développement durable. Il a également de l'expérience dans la planification, la négociation et le financement de multi-projets en partenariat, des projets en développement régional, et en négociation avec tous les paliers de gouvernement au Canada. Croyant fermement à l'apprentissage tout au long d'une vie, Randy attend toujours de nouvelles opportunités et d'activités. Il travaille pour le Mi'kmaq Confederacy of Prince Edward Island (MCPEI) et contribue à leur équipe afin de protéger, d'améliorer et de renforcer la Nation Mi'kmaq de l'île du Prince Edouard.

Darren Bardati Université de Bishop

Docteur en géographie, Darren est spécialisé dans la participation des communautés à la gestion des ressources naturelles. Il agit actuellement comme directeur du programme d'études en environnement de l'Université de l'ÎPE. Ses travaux concernent les domaines de l'engagement des communautés dans la gestion forestière et de l'utilisation du territoire en Colombie Britanniques, de l'implication des propriétaires terriens dans le développement de canalisation au Québec et dans la gestion par bassin versant au Québec, et enfin, de la gouvernance de l'eau, de l'adaptation des communautés côtières et de la résilience des populations à l'Île-du-Prince-Édouard.

Jean-Eudes Beuret Agrocampus Ouest de Rennes, France

Jean-Eudes Beuret est maître de conférences à AGROCAMPUS OUEST depuis 1997. Il a auparavant exercé diverses fonctions, notamment comme responsable de projets de coopération en Amérique Latine et en Afrique, puis comme expert à l'Organisme de coopération et de développement économiques (OCDE). Il travaille aujourd'hui essentiellement sur la gestion concertée de l'environnement et des ressources, au Nord comme dans les pays du Sud, et s'intéresse en particulier à la conduite de processus de concertation et à la médiation territoriale : il mène parallèlement des activités de recherche, d'enseignement et d'expertise dans ce domaine. Depuis dix ans, l'ensemble des travaux menés portent sur la place et les mécanismes, dans l'économie rurale des pays développés ou en voie de développement, de coordinations non marchandes pour la gestion concertée des espaces, ressources et biens d'environnement. Après avoir travaillé sur les coordinations non-marchandes entre l'agriculture et la société dans le cas français, puis sur les politiques de préservation et de mise en valeur des aménités rurales, Jean-Eudes Beuret a focalisé ses activités de recherche sur la conduite de processus de concertation pour la gestion de l'environnement et des ressources.

Thomas Buffin-Bélanger Université du Québec à Rimouski

Thomas Buffin-Bélanger est professeur de géographie de l'Université du Québec à Rimouski depuis août 2003. Il est détenteur d'un doctorat de l'Université de Montréal en géomorphologie fluviale (2001) et a réalisé deux stages post-doctoraux, l'un à Loughbourough University (2001-2002), au Royaume-Uni., l'autre à l'University of Western Ontario (2002-2003). Les recherches auxquelles il a contribué se divisent selon quatre axes: 1) structure des écoulements et transport des sédiments, 2) structure des écoulements et comportement d'organismes vivant en rivières, 3) développement de techniques de mesure et d'analyse, et 4) analyse de séries chronologiques. À l'UQAR, il travaille à la mise en place d'un programme de recherche sur la dynamique fluviale des rivières de régions froides. Dans ces régions, les couverts de glace et les régimes de débits jouent un rôle crucial dans la dynamique du transport des sédiments à l'échelle des tronçons de rivières ainsi que sur l'évolution des formes du chenal. Ces rivières représentent également un risque significatif lors des événements d'embâcles et de débâcle.

Anne Cadoret Université de Bourgogne à Dijon, France

Doctorat de géographie (Montpellier III) ; DEA de géographie (Montpellier III) ; Maîtrise de géographie-environnement (Montpellier III,) ; Licence de géographie option histoire (Rennes II) ; DEUG de géographie option histoire (St Brieuc, Rennes II,). Elle est maître de conférences en géographie, Université de Bourgogne et enseignante-chercheure au laboratoire ThéMA, UMR et responsable de la Licence 2 de géographie, Université de Bourgogne. Ses travaux portent sur l'analyse de la conflictualité et de la gestion concertée dans le domaine de l'environnement et de l'aménagement des territoires. Elle s'intéresse particulièrement aux réseaux d'acteurs qui s'organisent et évoluent lors de ces processus. Ses domaines de recherche privilégiés sont l'analyse socio-spatiale des processus conflictuels; la géographie des réseaux sociaux et la gestion intégrée des espaces en mutation rapide

Raynald Cloutier Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord

Natif de l'Abitibi et ayant vécu dans la région de Québec de l'âge de 9 ans à 24 ans, Dr Raynald Cloutier est détenteur d'une maîtrise en science de la santé de l'Université McGill et d'un certificat de 2e cycle en santé au travail de l'Université Laval.

De 1991 à aujourd'hui, il a occupé différentes fonctions, dont celle de directeur des services professionnels à Chandler (1991-1992), directeur des services professionnels à Blanc‑Sablon (1992-1993), médecin-conseil en santé au travail pour la Régie régionale de la Côte-Nord (1993-1995) et directeur de santé publique pour la Côte-Nord (1995 à aujourd'hui). De 2002 à 2008, il cumule les fonctions de directeur de santé publique et directeur des affaires médicales à l'Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord.

En 30 ans de carrière médicale, il a à son actif 26 ans de travail en région périphérique  : 5 ans dans la région de l'Outaouais, 1 an dans la région de la Baie-James, 3 ans en Gaspésie, 18 ans sur la Côte-Nord.

Caroline Couture Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord

Native de la Montérégie, Caroline Couture est détentrice d'un baccalauréat en biologie et d'un diplôme d'études supérieures spécialisées en toxicologie de l'environnement de l'Université du Québec à Montréal ainsi que d'une maîtrise de recherche en santé environnementale et santé au travail de l'Université de Montréal.

Depuis la fin de ses études de premier cycle en 2004, elle a occupé différents postes contractuels pour des équipes de recherche en santé environnementale dans différents milieux (Haute Mauricie, Montréal, Baie-James) et portant sur différentes problématiques, tout en travaillant sur diverses revues de littérature pour le milieu de la santé publique (Institut national de santé publique du Québec, Chaire d'analyse et de gestion des risques toxicologiques, Direction de santé publique des Terres-Cries-de-la-Baie-James).

Depuis mars 2010, Mme Couture occupe un poste d'agente de planification, de programmation et de recherche en santé environnementale à l'Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord.

Sabrina Doyon Université Laval

Professeure adjointe, Ph.D., Université McGill, 2003. Anthropologie de l'environnement; écologie politique; études critiques du développement; gestion des ressources naturelles; anthropologie maritime; socialisme et postsocialisme; Mexique, Cuba. Son cheminement s'inscrit dans les préoccupations liées aux relations entre les sociétés et l'environnement. Dans cette perspective, elle a mené ses recherches doctorales en étudiant les dynamiques, les pratiques, les discours et les politiques liés à l'environnement côtier à Cuba. Les relations socio-environnementales et leurs liens avec les différents acteurs sociaux (individus, communautés, gestionnaires, ONG, aide internationale, État, etc.), et les rapports qu'ils entretiennent entre eux. Différentes approches de l'anthropologie de l'environnement, dont l'écologie politique anthropologique, guident son analyse et orientent sa réflexion sur les enjeux liés à la gestion, la conservation et l'exploitation des ressources naturelles par les communautés locales, les organismes de développement et l'État dans un contexte de mondialisation. Son enseignement s'inscrit dans ces problématiques et se concentre plus particulièrement sur l'anthropologie de l'environnement, des sociétés maritimes et rurales, et des mondes socialistes et postsocialistes.

Marie-José Fortin Université du Québec à Rimouski

Marie-José Fortin possède une formation multidisciplinaire en architecture de paysage (Université de Montréal), en développement régional (UQAC / UQAR) et en géographie humaine (Paris 1-Panthéon Sorbonne). Ses travaux ont porté successivement sur les paysages ruraux identitaires, les paysages industriels, les méthodes d'analyse paysagère et d'évaluation des impacts sociaux, ainsi que sur des démarches de planification et de gouvernance participative. Ils ont été publiés notamment dans Environmental Impact Assessment Review (2006, Vol. 26, no 8), Le Géographe canadien (2002, Vol. 46, no 4), Les Annales des Ponts et Chaussées (2002, No. 104 : 11-19) STRATES (CNRS Ladyss) (2004, no 11) et Environmental Conservation (1999, Vol. 26, no 3). Marie-José Fortin a obtenu diverses bourses lors de ses études doctorales et postdoctorales, dont celles du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH), du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (alors FCAR), du Fonds d'action québécois pour le développement durable (FAQDD) et du programme de soutien aux cotutelles Québec-France.

Daniel Edward Lane Réseau de recherche sur les océans du Canada

Dan Lane est le co-directeur de l'Alliance internationale de recherche Universités-Communautés projet C-Change - "Gestion d'adaptation aux changements environnementaux dans les collectivités côtières: le Canada et les Caraïbes» (2007-2014) et le président du Réseau de recherche sur la gestion des océans (RRGO) (depuis 2005). Ses intérêts de recherche comprennent les processus de décision, la modélisation de simulation, et le contrôle des systèmes dynamiques, en particulier dans le domaine de la gestion des ressources naturelles, la pêche et l'aquaculture commerciales, et l'adaptation aux changements climatiques. M. Lane supervise activement les étudiants des cycles supérieurs et est récipiendaire de nombreuses subventions de recherche y compris du Program de subventions à la recherche du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) du Canada (depuis 1986). Il a publié des articles dans Operation Research, OPTIMUN, le Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques, le European Journal of Operational Research, INFOR, American Fisheries Society Symposia. Il a publié des rapports importants pour World Fisheries Congress (Brisbane et Vancouver), Pêches et Océans (Canada), Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM), et le comité des pêcheries de l'OCDE.

Martin Robitaille Université du Québec en Outaouais

Martin Robitaille est professeur titulaire au Département de travail social et des sciences sociales de l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Il détient un doctorat et une maîtrise en sociologie de l'Université de Montréal. Ses domaines d'expertise sont le développement territorial, la formation et l'emploi, les mouvements sociaux ainsi que les identités sociales et professionnelles. Ses travaux de recherche actuels touchent principalement le développement territorial, la décentralisation, la gouvernance locale ainsi que la professionnalisation de l'action publique territoriale. De plus, avant de devenir professeur-chercheur à l'UQO en 2001, il a acquis plusieurs années d'expérience de recherche et de gestion dans le milieu sociocommunautaire et le secteur de l'emploi et de la formation. Il dirige présentement l'Alliance de recherche université-communauté : Innovation sociale et développement des communautés (ARUC-ISDC) et est aussi membre de la Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC) et du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT).

Jean-Paul Vanderlinden Université de Versailles Saint-Quentin en-Yvelines

Jean-Paul Vanderlinden est professeur associé à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines depuis septembre 2006. Dans le cadre du programme SETE, il est responsable du cours Sociétés et sciences de l'environnement ainsi que du cours Méthodes et pratiques participatives : retours sur expériences. Ses champs d'expertise touchent les questions liées aux littoraux (gestion intégrée de la zone côtière), les questions liées à l'interdisciplinarité et les questions liées aux phénomènes d'adaptation aux risques naturels et sociotechniques émergents. A l'heure actuelle les recherches de Jean-Paul Vanderlinden sont essentiellement liées à sa participation au projet européen SPICOSA et à la direction du projet "Contribution à la compréhension de l'organisation de la recherche interdisciplinaire", projet financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Brad Walters Mount Allison University

Brad Walter est professeur en Géographie et Environnement et coordinateur du Programme d’Études Environnementales à l’université Mount Allison. Il a terminé sa maitrise d’études Environnementales à l’université Dalhousie et son doctorat en Écologie Humaine à l’université Rutgers. Ses intérêts de recherche comprennent les interactions entre les gens et les arbres dans les tropiques, les interactions entre l'aquaculture et la pêche dans la baie de Fundy, les politiques s’appliquant aux changements climatiques et la politique qui l’entoure, et les méthodologies de recherche.Il a coédité deux livres et publié plus de 30 articles revus par des pairs. Brad est aussi un commentateur régulier des médias sur les questions environnementales

Stephen Wyatt Université de Moncton

Stephen Wyatt est professeur adjoint en Foresterie sociale et politique forestière à la Faculté de foresterie, Université de Moncton, campus d’Edmundston (Nouveau-Brunswick). Originaire de l’Australie, il a obtenu son Doctorat et sa Maîtrise à l’Université Laval et un Baccalauréat en sciences forestières de l’Australian National University. Ses travaux de recherche explorent les enjeux du rôle des Premières Nations en foresterie, la participation du public et la gestion des boisés privés dans l’est du Canada. Avant de se joindre à l’Université de Moncton, le professeur Wyatt a passé 12 ans à titre de forestier professionnel et gestionnaire avec des organismes gouvernementaux et non-gouvernementaux en Australie, l’Océanie et le Canada.