❯   Renforcer les capacités de gouvernance et de résilience au changement climatique des communautés côtières et riveraines de l’estuaire et du Golfe du St-Laurent   ❮

Accueil | Nouvelles | Plan du site |Contact

La pertinence sociale

Ce projet est d'autant plus pertinent pour nos partenaires qu'il leur propose une alliance originale leur permettant d'être actifs avec des scientifiques et d'autres partenaires quant à la manière de répondre à ces enjeux et à leurs besoins. Ce projet d'ARUC stimule déjà le développement d'une attitude de coopération, d'entraide et de partage avec d'autres acteurs des territoires visés. Par exemple les Mi'kmaq, qui travaillent depuis cinq ans sur la mise en place de modes de gouvernance participatif concernant la gestion des ressources, désirent partager et apprendre des communautés non autochtones sur des manières différentes d'aborder le sujet. SSL et ROBVQ sont dans un contexte de redéfinition et de redécoupage territorial, visant à implanter la gestion intégrée de l'eau sur l'ensemble du territoire du Québec méridional. Cette situation demande à ces deux organisations de s'entendre quant à la manière d'harmoniser leur mandat respectif en matière de gestion intégrée de la zone côtière, notamment en ce qui concerne les effets des changements climatiques. Dans le cadre d'une démarche collaborative et partenariale, ils sont disposés à travailler ensemble afin de favoriser un meilleur arrimage entre leurs organisations et les outils qu'ils développent : les Plans directeurs de l'eau (PDE) et les Plans d'action et de réhabilitation écologiques (PARE). L'agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord voit dans cette ARUC une opportunité intéressante pour élaborer une expertise dans l'animation de groupes et l'adaptation-anticipation aux effets des changements climatiques. En effet, la Côte-Nord connait des taux de recul importants de ses côtes, affectant significativement la qualité de vie et la quiétude des résidents. L'ASSS est à la recherche de méthodes et de techniques de transfert et d'acquisition d'information sur cette situation. Enfin, elle voit la possibilité d'appliquer cette expertise à d'autres dossiers qui concerne les communautés locales de son territoire. Au Nouveau-Brunswick, à travers la formation de personnes compétentes au niveau local, cette ARUC permet de répondre aux besoins des communautés à long terme et entamer une réflexion sur le regroupement des collectivités locales et stimuler la réflexion autour d'approche émanant de la politique de gestion de la zone côtière du N.-B. (p. ex. élaboration de compromis appropriés dans sa mise en œuvre en relation avec les nouvelles connaissances de ces phénomènes). À l'Île-du-Prince-Édouard, l'expérience du Nouveau-Brunswick, du Québec, de l'Ontario et des partenaires vient appuyer les initiatives de gestion par bassin versant et de la zone côtière, ainsi que la planification des usages de ce territoire insulaire. L'accompagnement des communautés par les chercheurs et le volet comparatif du projet permet de rallier ces enjeux autour de la gouvernance participative et de favoriser l'appropriation des connaissances produites et partagées par les acteurs.

En outre, un renforcement des capacités de recherche et d'intervention autant des partenaires universitaires que des partenaires de la communauté et leur riche réseau associatif est aussi escompté. Des activités de transfert et de cueillette à partir d'ateliers, de séminaires et de forums de décision comme ce fut le cas lors du Forum citoyen sur l'érosion des berges sur la Côte-Nord seront des outils incontournables. Nous bénéficions d'un atout majeur en travaillant avec des partenaires qui sont bien implantés sur tout le territoire et qui possèdent une solide expertise en tenue d'événements et dans la planification d'ateliers thématiques (GIZC, changements climatiques).

Pour nos partenaires, leur implication est fondamentale puisqu'elle leur permettra d'intégrer les connaissances et les démarches produites dans leur plan stratégique, leurs stratégies d'intervention et leurs outils de formation. Les partenaires s'entendent pour mentionner que les résultats produits dans le cadre de cette ARUC doivent leur permettre de renforcer leur capacité de négociation avec les décideurs publics dans l'élaboration de leur politique et les aider à faire reconnaître leur travail auprès des gouvernements. D'autres retombées sont attendues à plusieurs plans. Elles concernent l'élaboration d'un mode de suivi des transformations des enjeux environnementaux dans le cadre d'études longitudinales multi-niveaux dont les résultats produits pourront être mis en ligne sur un site web convivial et facilement utilisable par l'ensemble des partenaires. A cet effet, l'OGSL et le groupe SAGE veilleront à ce que les informations soient accessibles par l'ensemble des partenaires (organisations ou agences gouvernementales) afin de s'assurer que tous puissent prendre des décisions éclairées.